Rennes : 02 99 31 49 34 | Quimper : 02 98 92 44 98
Viadéo LinkedIn

Rhizome Recrutement

BLOG & ACTUALITÉ DU CABINET

Emploi : la Bretagne a la cote !

3 mars 2015 |

Dans un contexte économique tendu, les bilans positifs sur l’emploi se font rares. Deux études, publiées par l’Insee et le GREF Bretagne, affichent des conclusions encourageantes pour l’avenir, notamment dans l’Ouest de la France.

La Bretagne n’est pas seulement une région attractive pour les étudiants et les salariés qui choisissent notre belle région pour étudier et travailler, c’est aussi l’une des zones géographiques où le nombre d’emplois créés a été supérieur à ceux supprimés. Les CDI à temps complet y sont aussi plus nombreux que les CDD.

Des zones d’emploi dynamiques

L’Insee a tout récemment communiqué les conclusions de son étude : sur la période 1982-2011, la variation de l’emploi (c’est-à-dire la différence entre les emplois créés et supprimés) est positive. La moyenne nationale atteint les 20% – alors que la population a cru de 16% -, certaines zones affichant même des taux supérieurs à cette moyenne.

Parmi celles-ci on retrouve Brest (25,1%), Redon (26,1%), Ploërmel (28,7%) ou encore Saint-Nazaire (34,5%). Les villes de Vannes et de Rennes culminent à 43,1% et 50,4%.

L’Express a d’ailleurs cartographié ces données, voici un aperçu de l’Ouest de la France :

L'emploi, dynamique dans l'Ouest de la France

Des emplois pérennes

Le GREF Bretagne s’est pour sa part penché sur les conditions d’emploi des actifs bretons et nous apprend que près de trois quarts d’entre eux sont embauchés en CDI, dont 82% à temps complet.

La crise n’a cependant pas épargné la Bretagne, qui voit la part de CDD de courte durée augmenter depuis 2004. Le CDI reste pour autant le contrat de travail principal, après avoir connu une baisse en 2009, pour repartir à la hausse en 2011.

Toujours d’après les chiffres du GREF Bretagne, les emplois les plus stables en région sont les métiers industriels, du gros œuvre et du bâtiment, de la pêche et de la mer et enfin du transport et de la logistique.

En définitive, bien que morose, la conjoncture actuelle peut laisser la place à une grille de lecture plus positive et optimiste !