Rennes : 02 99 31 49 34 | Quimper : 02 98 92 44 98
Viadéo LinkedIn

Rhizome Recrutement

BLOG & ACTUALITÉ DU CABINET

Les femmes et les postes à responsabilités : un pas de plus vers la parité ?

3 octobre 2012 |

La parité homme-femme en entreprise reste un sujet d’actualité. En 2012, la France se place à la 46e position sur 134 dans le classement établit par le Global Gender Gap, alors qu’elle occupait le 18e rang en 2009. C’est dire le chemin qui reste à parcourir !

Les femmes, un facteur de performance ?

Dans son étude sur l’emploi et la population active en 2010, l’INSEE relève que 47,7 % des actifs sont des femmes. Celles-ci sont plus présentes dans les secteurs pharmaceutiques et du luxe. En effet, elles composeraient 64 % à 74 % des effectifs, contre 10 % à 30 % du personnel féminin dans l’industrie.

De plus, selon l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, ces dernières sont également moins nombreuses dans les postes à haute responsabilité. En 2011, seulement deux femmes pour dix hommes siègent aux conseils d’administration d’entreprises du CAC 40, bien qu’on note une réelle progression par rapport à 2010 où elles n’étaient que 15,3 %.

Pourtant, d’autres études révèlent que la présence des femmes en entreprises améliore leurs performances économiques. En effet, Michel Ferrary, professeur de management dans une école de commerce, a analysé les données des sociétés du CAC 40 entre 2002 à 2006. Au travers de cette enquête, Michel Ferrary il note que la croissance économique est positivement corrélée à la féminisation des effectifs et de l’encadrement.

Le manque d’ambition, le frein majeur ?

L’un des principaux freins à cette féminisation est le faible vivier de femmes ayant les compétences requises pour occuper un poste à responsabilités. En effet, la part d’étudiantes dans les grandes écoles d’ingénieur ou de commerces reste minoritaire. D’après l’étude menée par QS TopMBA, les promotions de MBA en France ne comptent que 33 % de femmes dans leurs effectifs en 2012.

Les causes de l’absence de femmes à des postes clés dans les entreprises sont multiples.

En premier lieu, ces dernières manqueraient d’ambition. Selon l’enquête de QS TopMBA, les femmes pensent que le management est une affaire d’homme. D’autre part, elles souffriraient de l’absence d’un modèle de réussite féminin qui les motiverait à s’aventurer dans cette voie.

D’après Anne Thevenet-Abitbol, directrice prospective chez Danone, les entreprises auraient du mal à faire confiance aux femmes. Différents exemples corroborent ses dires : chez EADS ou Airbus, les conseils d’administration et les conseils exécutifs sont exclusivement masculins.

Pour autant certaines entreprises oeuvrent en faveur de la diversité, comme Danone qui a fondé l’association Eve. Le Crédit Agricole, la SNCF, Orange ou encore KPMG se sont associés à cette initiative et se réunissent chaque année pour faciliter et promouvoir l’activité professionnelle des femmes.

À l’image de Danone où un tiers des effectifs est féminin, et dont 44 % ont le statut de cadre, ces entreprises s’engagent pour plus de parité dans le travail. Malgré tout, des freins persistent et ne permettent pas encore de garantir aux femmes les mêmes avantages qu’à leurs homologues masculins. Il reste encore des efforts à fournir !