Rennes : 02 99 31 49 34 | Quimper : 02 98 92 44 98
Viadéo LinkedIn

Rhizome Recrutement

BLOG & ACTUALITÉ DU CABINET

Comment allons-nous travailler demain ? Episode 2

15 mai 2013 |

Du management des connaissances à l’organisation interne, l’entreprise devrait connaitre de nombreuses mutations dans les années à venir. D’après l’étude «Future of work» réalisée par le cabinet de tendance PFSK Labs, l’entreprise du futur fera du bien-être au travail une priorité, garante de la productivité des salariés.

Des modes de travail qui évoluent

Pour PSFK Labs, le travail sera façonné par les moyens mis à disposition des salariés. Avec le développement des technologies et de l’Internet haut débit, il sera d’autant plus facile de travailler à distance, depuis chez soi ou en situation de mobilité.

Les espaces de travail en commun ne se limiteront donc plus au bureau physique : les services de cloud computing par exemple permettront aux collaborateurs de modifier facilement un document et de le présenter à distance à des collègues éparpillés aux quatre coins du monde.

D’après les interviews menées par le cabinet américain, les entreprises entendent également développer l’autonomie de leurs salariés. Les laisser décider de la gestion de leur temps et de leurs projets les rendrait plus efficaces et améliorerait le bien-être au travail.

Des espaces de travail qui se transforment

Cette nouvelle organisation du travail entrainera nécessairement une mutation de l’espace de travail tel qu’on le connait aujourd’hui. D’après les études et les entretiens menés par PFSK Labs, l’entreprise deviendrait un lieu de passage parmi d’autres où l’on se retrouvera pour partager, créer et innover.

Dans cette configuration, l’agencement de l’entreprise serait totalement modifié. Selon PFSK Labs, les bureaux attitrés laisseront place à des espaces de coworking et à des open spaces modulables au gré des besoins des équipes de travail.

L’ensemble des collaborateurs évoluera dans le même environnement, stimulant ainsi la productivité et la créativité des salariés, selon les experts interviewés. Cependant, des espaces privés devront également être créés pour leur permettre de s’isoler et de bénéficier d’une certaine confidentialité.

En définitive, le travail du futur sera basé sur l’échange mutuel de connaissances et de compétences. Chacun participera au projet de l’entreprise, travaillera avec un collaborateur tantôt à proximité, tantôt avec l’autre bout du monde. Le travail ne sera plus limité à l’enceinte de l’établissement, lieu de passages et d’échanges comme un autre.
Actuellement, de grandes sociétés, telles que Google ou Facebook, appliquent en partie ces principes futuristes. Qu’en est-il pour les autres ? Réponses dans quelques années.