Rennes : 02 99 31 49 34 | Quimper : 02 98 92 44 98
Viadéo LinkedIn

Rhizome Recrutement

BLOG & ACTUALITÉ DU CABINET

Recruter sur le web, quoi de neuf ?

25 mars 2015 |

Au début des années 2000, on qualifiait déjà les RH de « 2.0 ». Aujourd’hui dépassé, ce qualificatif « 2.0 » – qui désigne le prolongement numérique des métiers du recrutement – reste bien d’actualité.

Le recrutement sur les réseaux sociaux

Il suffit de rechercher sur Google « RH » associé au mot clé « numérique » ou « digital » pour voir apparaitre une quantité impressionnante de contenus traitant pêle-mêle des réseaux sociaux, du big data ou des outils collaboratifs. Ce constat empirique traduit l’intérêt grandissant des professionnels des RH, et plus globalement des entreprises, pour les applications web du recrutement.

Twitter, réseau viral par excellence

Les réseaux sociaux efficaces pour le recrutement sont aujourd’hui bien identifiés par ces professionnels, bien qu’ils ne soient pas toujours utilisés.

Parmi ceux-ci, Twitter et les réseaux professionnels, dont LinkedIn en tête, sortent du lot. Le premier réseau, qui peut être perçu de prime abord comme un flux d’information continu, a aussi de nombreux atouts en termes de viralité – ce fameux effet boule de neige tant recherché sur le web.

Twitter peut aussi être utilisé comme un réseau social professionnel : identifier des profils intéressants et entrer en contact avec eux pour échanger en direct et pourquoi pas « IRL » (in réal life).

Le « big sourcing » de candidats

LinkedIn a pour sa part déployé tout un arsenal d’outils dédiés aux recruteurs pour leur faciliter la tâche, notamment pour le sourcing de candidats.

En effet, quoi de mieux qu’un réseau social pour chercher, identifier, croiser les différents profils ? LinkedIn permet aujourd’hui de qualifier précisément ces profils grâce aux nombreuses informations partagées par les internautes.

En plus des champs classiques d’un CV (expérience professionnelle, formation, hobbies), que le réseau indexe dans sa base de données, chaque utilisateur a le choix d’ajouter des détails qui peuvent faire la différence. À titre d’exemple, les nouvelles « sections » de Linkedin permettent d’ajouter des prix et distinctions, des projets en cours, des publications, des causes ou organismes soutenus…

En définitive, LinkedIn est en quelque sorte la version démocratisée du big data pour les entreprises qui n’ont pas les moyens de mettre en oeuvre ce type d’outils. Pour nous, professionnels du recrutement, ces techniques en constante évolution ne sont pas de nouveaux dangers mais bien de nouvelles opportunités à saisir, pour, in fine, tirer les métiers du recrutement vers le haut.