Rennes : 02 99 31 49 34 | Quimper : 02 98 92 44 98
Viadéo LinkedIn

Rhizome Recrutement

BLOG & ACTUALITÉ DU CABINET

Bienveillance et transparence

24 janvier 2018 |

L’image du recruteur sur son piédestal, testant la capacité de résistance, la répartie ou la combativité des candidats, a fait son temps ! Tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui qu’une relation équilibrée et qu’un rapport de confiance sont plus efficaces en matière d’évaluation. Bienveillance et transparence, 2 maîtres-mots dans notre relation aux candidats !

La présomption d’innocence

Nous pensons que la plupart des candidats sont sincères et honnêtes dans leur démarches et qu’ils ne cherchent ni à dissimuler ni à travestir la réalité. De même, la passation des outils, questionnaire de personnalité et test de potentiel cognitif, se fait en ligne de chez eux, ce qui les met dans des conditions plus favorables pour exprimer tout leur potentiel.

Nous installons un climat serein et détendu en entretien, pour que la personne se sente en confiance, ne soit pas sur la défensive et se livre plus facilement. Cela ne nous empêche pas d’exercer notre regard critique, de questionner et d’approfondir les sujets, de recentrer le débat sur les réalisations effectives. Et un contrôle de références pour les finalistes permet de nouveau de croiser les regards.

Le devoir de transparence

Transparence en amont sur l’entreprise et le contexte du recrutement, transparence sur les résultats des outils remis aux candidats avant entretien, et transparence enfin sur les raisons qui nous ont fait écarter son profil. En effet, une fois la sélection faite et le meilleur candidat choisi, notre mission ne s’arrête pas là et nous proposons systématiquement un retour téléphonique aux candidats non retenus. Même si nous ne pouvons pas toujours tout dire, nous nous focalisons sur des éléments objectifs qui peuvent être corrigés, pour que l’expérience lui soit utile.

Le partage de points de vue

Les candidats sont aujourd’hui parfaitement informés et plus experts de leur métier que nous. Sur le plan personnel, ils se connaissent également mieux que nous ne pouvons le faire en 2 heures d’entretien. Le but est de les amener à partager leur vécu, l’image qu’ils ont d’eux-même, et les retours qu’ils ont pu avoir de leur entourage professionnel, pour les confronter à notre perception et au portrait que dessinent les outils. Les candidats sont donc parties prenantes et co-responsables de la justesse du portrait que nous allons faire d’eux !

Candidat et recruteur sont aujourd’hui sur un pied d’égalité et cela est d’autant plus vrai que le marché des cadres est très dynamique avec une pénurie dans certains métiers, qui peut même inverser le rapport de force au profit des candidats. Notre habitude de l’approche directe, de la chasse, depuis une douzaine d’années nous a habituées à cette posture inversée et avant d’évaluer, nous devons attirer et convaincre !